La contemplation nietzschéenne

nietzschewagnersa

Illusion du Contemplatif. – Les hommes supérieurs se distinguent des inférieurs en ce qu’ils voient et entendent indiciblement plus, et ils ne voient et n’entendent qu’en méditant – et c’est cela qui distingue l’homme de l’animal comme les animaux supérieurs des inférieurs. Le monde s’enrichit sans cesse davantage aux yeux de qui se développe en s’élevant dans les hauteurs de l’humain ; les appâts de l’intérêt, de plus en plus nombreux, sont lancés vers lui : la quantité de ses excitations s’accroît sans cesse en même temps que ses différentes sortes de plaisir et de déplaisir – l’homme supérieur devient à la fois plus heureux et plus malheureux. Cependant il est constamment accompagné d’un délire : il croit en effet être placé, en tant que spectateur et auditeur, devant le grand spectacle symphonique, la vie ; il nomme sa nature contemplative sans s’apercevoir que lui-même est également le poète de la vie, qui en poursuit l’élaboration poétique – que sans doute il se distingue de l’acteur de ce drame, le soi-disant homme d’action, mais davantage encore du simple contemplateur invité à la fête pour siéger à l’avant-scène. A lui, le poète, la vis contemplativa, le regard rétrospectif sur son oeuvre, certainement lui est propre, mais davantage et avant tout, la vis creativa, qui fait totalement défaut à l’homme d’action, en dépit des apparences et de l’opinion courante.

Nous autres méditatifs-sensibles, sommes en réalité ceux qui produisons sans cesse quelque chose qui n’existe pas encore : la totalité du monde, éternellement en croissance, des appréciations, des couleurs, des poids, des perspectives, des degrés, des affirmations et des négations. Cette création poétique de notre invention, est sans cesse étudiée, répétée pour être représentée par nos propres acteurs que sont les soi-disant hommes pratiques, incarnée, réalisée par eux, voire traduit en banalités quotidiennes. Tout ce qui a quelque valeur dans le monde actuel, ne l’a pas en soi, ne l’a pas de sa nature – la nature est toujours sans valeur ; mais a reçu un jour de la valeur, tel un don, et nous autres nous en étions donateurs ! C’est nous qui avons créé le monde qui concerne l’homme ! – Mais c’est là justement la notion qui nous manque, et s’il nous arrive de la saisir un instant, nous l’avons oubliée l’instant d’après : nous méconnaissons notre meilleure force, nous nous sous-estimons quelque peu, nous autres contemplatifs – nous ne sommes ni aussi fiers ni aussi heureux que nous pourrions l’être.

NIETZSCHE
Le Gai Savoir, Aphorisme 301

Advertisements

About astupidboy

Cinéphile
This entry was posted in Poèmes. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s